Les troubles psychiques

Image en taille réelle, . octets (fenêtre modale)

Le handicap psychique a pour origine une maladie, des troubles psychiatriques ou une perturbation de l'équilibre psychologique.

Ce sont des maladies invisibles que l'on refuse de voir. Les troubles psychiques peuvent concerner tout le monde tôt ou tard. Ils peuvent apparaître, se renforcer ou s'atténuer aux différents âges de la vie.

Ils peuvent être déclenchés par des facteurs extérieurs, psychologiques ou sociaux (perte d'emploi, rupture sentimentale, anxiété , consommation de drogues...).

Ils conduisent à l'isolement du malade et de sa famille. Il est parfois difficile de communiquer avec la personne malade en période de crise.

Les troubles psychiques affectent plus de 8 % de la population dont 2 millions de malades.

Les personnes ayant un handicap psychique sont atteintes de troubles d'origine psychique (névrose, psychose, manies) ou physiologiques (traumatismes crâniens, prise de drogues...) amputant, limitant ou déformant de façon plus ou moins passagère et à des degrés divers, le contrôle de leur activité mentale, affective ou physique.

Les capacités mentales, cognitives et intellectuelles de ces personnes restent intactes, mais peuvent se trouver perturbées par les symptômes (les manifestations) de ces maladies.

Comment bien accueillir une personne présentant des troubles psychiques ?

  • Ne la dévisagez pas, soyez naturel, ne vous formalisez pas de certaines attitudes ou certains comportements qui peuvent paraître étranges.
  • Faites attention à votre langage, n'employez pas de vocabulaire irrespectueux ou discriminant.
  • Considérez la personne à besoins spécifiques comme un usager ordinaire : adressez-vous à elle directement et non pas à son accompagnateur, s'il y en a un, ne l'infantilisez pas et vouvoyez-la.
  • Portez une attention particulière à la qualité de la communication. Ayez à disposition un moyen de communication écrite.
  • Proposez, mais n'imposez jamais votre aide. Ne soyez pas surpris si la personne refuse : elle est à même de vous indiquer ce qu'elle attend de vous ou la manière de l'aider.
  • Gardez le sourire et faites preuve de patience pour éviter de la mettre en difficulté : un accueil et un service adapté de qualité peut demander plus de temps.
  • Si des écrans télévisés sont présents dans votre établissement, veillez à activer le sous-titrage ainsi que l'audio-description.
  • Montrez-vous disponible, à l'écoute et patient, tout en adoptant une attitude rassurante (sans marque de stress, d'agacement ou d'énervement).
  • L'interlocuteur peut être stressé sans forcément s'en rendre compte. Dialoguez dans le calme, sans le fixer.
  • Ne le contredisez pas, ne faites pas de reproches et rassurez le en cas de problème.
  • Soyez précis dans ses propos, au besoin, répétez calmement.
  • Laissez la personne s'exprimer jusqu'au bout et laissez-lui le temps de réaction et d'expression.
  • Évitez de répéter plusieurs fois la même question.

Que faire en cas de crise ?

  • Restez calme et posé même si l'agitation de la personne est grande, et montrez-vous rassurant.
  • Formulez des phrases courtes avec des mots simples.
  • Tentez de focaliser son attention sur un élément environnemental (une image, un objet, un animal...) ou qui lui est familier (son entourage, son domicile...).
  • Avec l'accord de la personne, mettez un tiers dans la relation ou la communication, afin de faire tomber la tension.
  • Laissez toujours à la personne la possibilité de partir et de revenir